A PROPOS

La compagnie

 

Depuis 2008, la démarche de la cie Macadâmes s’inscrit dans l’espace public. Y choisissant un lieu, Macadâmes créer des pièces où le mouvement a la parole. Les corps de ces mimes aux résidus de clown racontent les sentiments qui, à cet instant, surgissent de ces endroits fabuleux. Ce théâtre corporel investissant l’espace public est une interrogation sur l’art dans la vie quotidienne, explorant les limites de l’ordinaire et de l’extraordinaire. La cie Macadâmes explore à travers ses créations, des grands thèmes dont principalement l’interdit et l’amour et recherche dans la combinaison musique-live et mouvement-mimé, l’enjeu poétique de la musicalité du mouvement et la corporalité du sonore.

 

→ 2010 | Chaussée Interdite aux piétons | Pour cette première création, Macadâmes jette les bases de ses spécificités artistiques. Espace urbain-Histoire-Mouvement-Musique live-Place du spectateur

→ 2013 | La douleur n’est qu’une information | Avec cette seconde création pour la rue, Macadâmes affirme son engagement dans la recherche d’un théâtre de mime, graphique et épuré, intimement lié à la musique live.

→ 2014 | Si les oiseaux se cachent pour mourir | Après deux années de création en collaboration avec la cie Passanbleu, les deux cies développent un univers poétique par le mélange des disciplines artistiques. Par la même, Macadâmes réaffirme sa volonté de raconter une histoire par le langage du corps : mime, danse, acrobatie, manipulation d’objet, clown et musique.

 

Dans les premier temps de la création de la compagnie, Macadâmes explore des concepts de spectacles/performances pour des espaces urbains spécifiques. Déjà, le corps en mouvement dans les espaces publics et la narration d’une histoire viennent se frotter au désir de questionner la place du spectateur au sein d’un environnement non prévu pour le spectacle.

→ 2008 | Passantes | Duo fantomale pour les gares
→ 2009 | Ivres visites | Solo Inattendu pour les bars

 

 

L'équipe